10 raisons pour lesquelles le bon sommeil est important

 

Une bonne nuit de sommeil est incroyablement important pour la santé.

En fait, il est tout aussi important que de manger sainement et d ‘exercer.

Malheureusement, l’environnement occidental interfère avec les habitudes naturelles du sommeil.

Les gens dorment maintenant moins que dans le passé, et la qualité du sommeil a également diminué.

Voici 10 raisons pour lesquelles le bon sommeil est important.

1. Le sommeil pauvre peut vous rendre gros

Le sommeil pauvre est fortement lié au gain de poids.

Les personnes ayant une faible durée de sommeil ont tendance à peser beaucoup plus que celles qui ont un sommeil adéquat.

En fait, la durée courte du sommeil est l’un des facteurs de risque les plus forts pour l’obésité.

Dans une étude de revue massive, les enfants et les adultes ayant une durée de sommeil courte étaient 89% et 55% plus susceptibles de devenir obèses, respectivement.

L’effet du sommeil sur le gain de poids est censé être médié par de nombreux facteurs, y compris les hormones et la motivation à exercer.

Si vous essayez de perdre du poids, obtenir un sommeil de qualité est absolument crucial.

Conclusion: La durée courte du sommeil est associée à un risque considérablement augmenté de gain de poids et d’obésité chez les enfants et les adultes.

2. Les bons dormants ont tendance à manger moins de calories


Des études montrent que les personnes privées de sommeil ont un plus grand appétit et ont tendance à manger plus de calories.

La privation de sommeil perturbe les fluctuations quotidiennes des hormones de l’appétit et est censé causer une mauvaise régulation de l’appétit.

Cela inclut des niveaux plus élevés de ghréline, l’hormone qui stimule l’appétit et des taux réduits de leptine, l’hormone qui supprime l’appétit.

Conclusion: Un sommeil pauvre affecte les hormones qui régulent l’appétit. Ceux qui dorment convenablement ont tendance à manger moins de calories que ceux qui n’en ont pas.

3. Un bon sommeil peut améliorer la concentration et la productivité

Le sommeil est important pour divers aspects de la fonction cérébrale.

Cela comprend la cognition, la concentration, la productivité et les performances.

Tous ces éléments sont affectés négativement par la privation de sommeil.

Une étude sur les stagiaires médicaux constitue un bon exemple.

Les stagiaires sur un «calendrier traditionnel» ont fait 36% d’erreurs médicales plus graves que les stagiaires selon un calendrier qui a permis de plus de sommeil.

Une autre étude a révélé que le sommeil court peut avoir un impact négatif sur certains aspects de la fonction cérébrale à un degré similaire à celui de l’intoxication alcoolique.

Un bon sommeil, d’autre part, a été démontré pour améliorer les compétences en résolution de problèmes et améliorer la performance de la mémoire des enfants et des adultes.

Conclusion: Un bon sommeil peut maximiser les compétences en résolution de problèmes et améliorer la mémoire. On a montré que le sommeil pauvre entravait la fonction du cerveau.

4. Le bon sommeil peut maximiser la performance athlétique

Le sommeil a été montré pour améliorer la performance athlétique.

Dans une étude sur les joueurs de basket, un sommeil plus long a été démontré pour améliorer considérablement la vitesse, l’exactitude, les temps de réaction et le bien-être mental.

Une diminution de la durée du sommeil a également été associée à une mauvaise performance de l’exercice et à une limitation fonctionnelle chez les femmes âgées.

Une étude de plus de 2 800 femmes a révélé que le sommeil pauvre était lié à une marche plus lente, une force de préhension inférieure et une plus grande difficulté à effectuer des activités indépendantes.

Conclusion: un sommeil plus long a permis d’améliorer de nombreux aspects de la performance sportive et physique.

5. Les pauvres dormants ont un risque accru de maladie cardiaque et de accident vasculaire cérébral

Nous savons que la qualité et la durée du sommeil peuvent avoir un effet majeur sur de nombreux facteurs de risque.

Ce sont les facteurs qui conduisent les maladies chroniques, y compris les maladies cardiaques.

Une revue de 15 études a révélé que les traverses courtes présentent un risque beaucoup plus élevé de maladie cardiaque ou d’accident vasculaire cérébral que ceux qui dorment de 7 à 8 heures par nuit.

Conclusion: Dormir moins de 7-8 heures par nuit est lié à un risque accru de maladie cardiaque et d’accident vasculaire cérébral.

6. Le sommeil affecte le métabolisme du glucose et le risque de diabète de type 2

La restriction expérimentale du sommeil affecte la glycémie et réduit la sensibilité à l’insuline.

Dans une étude menée auprès de jeunes hommes en bonne santé, le sommeil à 4 heures par nuit pendant 6 nuits consécutives a entraîné des symptômes de pré-diabète.

Cela a ensuite été résolu après 1 semaine d’augmentation de la durée du sommeil.

Les mauvaises habitudes de sommeil sont également fortement liées aux effets néfastes sur la glycémie dans la population générale.

Ceux qui dormaient moins de 6 heures par nuit ont été régulièrement exposés à un risque accru de diabète de type 2 .

Conclusion: la privation de sommeil peut causer le pré-diabète chez les adultes en bonne santé, en moins de 6 jours. De nombreuses études montrent un lien fort entre la durée de sommeil courte et le risque de diabète de type 2.

7. Le sommeil pauvre est lié à la dépression

Les problèmes de santé mentale, tels que la dépression, sont fortement liés à une mauvaise qualité du sommeil et à des troubles du sommeil.

Femme qui ne peut pas dormir

On estime que 90% des patients souffrant de dépression se plaignent de la qualité du sommeil.

Le sommeil pauvre est même associé à un risque accru de décès par suicide.

Ceux qui ont des troubles du sommeil, comme l’insomnie ou l’apnée obstructive du sommeil, rapportent également des taux de dépression significativement plus élevés que ceux qui n’en ont pas.

Conclusion:Les mauvais modèles de sommeil sont fortement liés à la dépression, en particulier chez ceux qui souffrent de troubles du sommeil.

8. Le sommeil améliore votre système immunitaire

Même une petite perte de sommeil a montré qu’il entravait la fonction immunitaire.

Une grande étude de 2 semaines a surveillé le développement du rhume après avoir administré des gouttes nasales au virus qui provoque des rhumes.

Ils ont constaté que ceux qui dormaient moins de 7 heures étaient presque trois fois plus susceptibles de développer un rhume que ceux qui dormaient 8 heures ou plus.

Si vous rencontrez souvent des rhumes, vous obtiendrez au moins 8 heures de sommeil par nuit pourrait être très utile. Manger plus d’ail peut aussi aider.

Conclusion: obtenir au moins 8 heures de sommeil peut améliorer la fonction immunitaire et aider à combattre le rhume.

9. Le sommeil pauvre est lié à une risque d’inflammation augmenter

Le sommeil peut avoir un effet majeur sur l’inflammation dans le corps.

En fait, la perte de sommeil est connue pour activer des marqueurs indésirables d’inflammation et des lésions cellulaires.

Le sommeil pauvre a été fortement lié à l’inflammation à long terme du tube digestif, dans les troubles connus sous le nom de maladies inflammatoires de l’intestin.

Une étude a révélé que les patients atteints de maladie de Crohn souffraient de deux fois plus de probabilité de rechute que les patients qui dormaient bien.

Les chercheurs recommandent même l’évaluation du sommeil pour aider à prédire les résultats chez les personnes souffrant de problèmes inflammatoires à long terme.

Conclusion: le sommeil affecte les réponses inflammatoires du corps. Le sommeil pauvre est fortement lié aux maladies inflammatoires de l’intestin et peut augmenter le risque de récidive de la maladie.

10. Le sommeil affecte les émotions et les interactions sociales

La perte de sommeil réduit notre capacité à interagir socialement.

Plusieurs études ont confirmé cela en utilisant des tests de reconnaissance faciale émotionnelle.

Une étude a révélé que les personnes qui n’avaient pas dormi avaient une capacité réduite à reconnaître les expressions de colère et de bonheur.

Les chercheurs croient que le mauvais sommeil affecte notre capacité à reconnaître des indices sociaux importants et à traiter l’information émotionnelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Webmaster tool activated by Webmaster Tools Plugin from LionScripts.com.